L'histoire

Catherine Valentin

La créatrice

C’est en 2004, que la créatrice fonde la maison CATHERINE VALENTIN, maison de couture surmesure pour l’ensemble des pièces du vestiaire féminin y compris la robe de mariée.

Travaillant les textiles et la coupe au nom de l’éternel féminin, ses clientes ne s’y trompent pas. Elles reconnaissent en elle, des créations issues du fruit d’une recherche perpétuelle entre l’élégance dans le mouvement, et le sens du détail à donner.

Le style CATHERINE VALENTIN est avant tout une affaire de désir !

Cependant, définir Catherine Valentin uniquement par la couture, le style et la coupe, serait très réducteur; elle est aussi une tête chercheuse, ce qui n’est pas sans lien avec son premier métier d’ ingénieur chimiste.

C’est la quête de sens qui pousse fondamentalement cette tête chercheuse dans tous les domaines de sa vie : Comment donner du sens à l’univers dans lequel elle vit ?

Pour tenter d’y répondre, elle s’intéressera à la philosophie, au théâtre, à la peinture et celle des Nabis en particulier, à l’art nouveau, à l’histoire de la mode, au japonisme et à la culture japonaise.

C’est justement dans cette culture lointaine, méconnue et insulaire qu’elle trouvera, se reconnaîtra. Elle pourra identifier et s’approprier les valeurs qui font tant défaut en occident : l’authenticité et la simplicité.

Ces valeurs entreront en résonance directe avec sa quête : accepter sa singularité et percevoir la beauté secrète du monde.

Une étoffe que l'on porte

Catherine Valentin

La matière

Le kimono s’impose alors à elle, de façon évidente, et naturelle. Elle le réinvente, le réinterprète en y exprimant sa richesse intérieure, sa sensibilité, sa sensualité.

Le textile lui offre alors la toile du peintre, tandis que les motifs sont ses tubes de peinture. C’est tout un univers intérieur qu’elle traduit. La contemplation de la nature l’inspire, véritable théâtre de matières, de rythmes et de couleurs.

. Le reflet de la montagne enneigée dans un lac turquoise
. Une branche qui se découpe la nuit à la lumière de la lune
. Un tapis de myosotis : les « forget me not » de son enfance…

Le kimono revêtu par les femmes et les hommes devient une pièce de choix.

Un vêtement pour vivre un moment entre parenthèse, un vêtement pour faire un pas de côté, pour rester dans sa richesse intérieure en marge des diktats de la mode et de la société de consommation.

Sa coupe épurée, sans fioriture, définit une étoffe que l’on porte et invite à la rêverie, au voyage intérieure pour être pleinement soi.

Savoir faire et fabrication ?

Catherine Valentin

Savoir faire & fabrication

Tous les KIMONOS et ACCESSOIRES sont pensés, conçus avec passion et réalisés artisanalement à la main, en pièces uniques ou en collections capsules à GRENOBLE et dans la région AUVERGNE RHÔNE-ALPES.

Les textiles sont choisis lorsqu’ils sont fabriqués en France pour les jacquards, la soie, le chanvre, le lin, le coton ou en Angleterre pour les laine, cotons imprimés et l’Italie pour la soie imprimée. Les cotons, chanvre et bambou sont de qualité BIO naturels avec Label OEKOTEX.

Les finitions rentrées en coutures anglaises sont d’une qualité irréprochable.
La maison CATHERINE VALENTIN assure ainsi une chaîne de fabrication complète MADE IN FRANCE

Nos partenaires

Printemps

Été

Obi

Mariage